Issue
Agronomie
Volume 23, Number 7, November 2003
Page(s) 571 - 580
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:2003037
Agronomie 23 (2003) 571-580
DOI: 10.1051/agro:2003037

Réponses physiologiques et biochimiques du trèfle (Trifolium alexandrinum L.) à la double association Mycorhizes-Rhizobium sous une contrainte saline

Laaziza Ben Khaleda, Asunéion Morte Gõmezb, El Moustapha Ouarraqia and Abdallah Oihabia

a  Laboratoire de Physiologie Végétale, BP 2390, Faculté des Sciences-Semlalia, Marrakech, Maroc
b  Laboratoire de Mycologie, Département de Biologie Végétale, Campus Universitaire de Espinardo, Université de Murcie, 30100 Murcie, Espagne

(Reçu le 3 septembre 2002 ; accepté le 14 février 2003)

Abstract - Physiological and biochemical responses to salt stress of mycorrhized and/or nodulated clover seedlings (Trifolium alexandrinum L.). Salt stress (0, 4, 6 and 8 g NaCl $\cdot$ L-1) effects on arbuscular mycorrhized and/or nodulated clover (Trifolium alexandrinum L.) seedlings grown in greenhouse conditions under 75% field capacity were evaluated. The autochthonous mycorrhizal (AM) seedlings showed the best salt tolerance and biomass production improvement (+ 65%) for all the tested concentrations. AM root colonization was the highest (71%) and did not seem to be affected by salt doses. The double symbiosis (mycorrhization and nodulation) was found to be less efficient than single inoculations and revealed some antagonism between the fungus and Rhizobium. Phosphate nutrition was improved, mainly in the cases of single mycorrhized plants; this nutritional effect seems to be the main mechanism involved in salt tolerance. The leaf protein content was also improved by both types of symbiosis. Proline accumulated especially in the doubly inoculated (AM and Rhizobium) plants; meanwhile, sugars accumulated in the cases of single inoculations. However, the intensity of the salt stress showed a positive correlation with sugar accumulation for the plants which were only mycorrhized.


Résumé - L'effet de la salinité (0, 4, 6 et 8 g NaCl $\cdot$ L-1) sur des plantules de trèfle (Trifolium alexandrinum L.) mycorhizées ou/et nodulées, cultivées sous serre sous une capacité au champ 75 %, a été estimé. La mycorhization par un inoculum mycorhizogène autochtone (MA) a abouti à une meilleure amélioration de la tolérance à la salinité et de la production de biomasse (+65 %) pour toutes les doses de sel appliquées. Les intensités de mycorhization et les teneurs en arbuscules obtenues pour les MA sont élevées (71 % et 57 %) et semblent non affectées par la dose de sel. La double symbiose (mycorhization et nodulation) s'est montrée moins efficace pour l'amélioration de la production de biomasse. Elle a révélé un antagonisme entre les deux symbiotes. La nutrition phosphatée a été significativement améliorée chez les plantes mycorhizées par les MA seuls. Cet effet nutritionnel semble jouer un rôle principal dans les mécanismes de tolérance à la salinité. Le contenu foliaire en protéines a été également amélioré dans le cas des deux symbioses. La proline s'est accumulée dans les feuilles du trèfle surtout chez les plantes doublement inoculées par les MA et le Rhizobium alors que les sucres solubles se sont accumulés suite aux inoculations simples. Toutefois, l'intensité du stress salin n'a montré de corrélation positive avec les teneurs accumulées en sucres que dans le cas des plantes mycorhizées.


Key words: mycorrhiza / Rhizobium / salt stress / growth / sugars / proline

Mots clés : mycorhizes / Rhizobium / salinité / croissance / sucres / proline

Corresponding author: Laaziza Ben Khaled benkha_az@hotmail.com

Communicated by Gérard Guyot (Avignon, France)



© INRA, EDP Sciences 2003