Issue
Agronomie
Volume 23, Number 7, November 2003
Page(s) 545 - 552
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:2003031
Agronomie 23 (2003) 545-552
DOI: 10.1051/agro:2003031

Influence of partial soil wetting on water relation parameters of the olive tree

José-Enrique Fernández, María-José Palomo, Antonio Díaz-Espejo and Ignacio-Francisco Girón

Instituto de Recursos Naturales y Agrobiología (IRNAS, CSIC), Avenida de Reina Mercedes 10, Apartado 1052, 41080 Sevilla, Spain

(Received 27 November 2001; accepted 15 January 2003)

Abstract - A drip versus pond irrigation experiment was carried out with 30-year-old `Manzanilla' olive trees planted at 7 m $\times$ 5 m in an orchard in Southwest Spain. At the end of the dry season of 1998, we chose two dry-land trees, D1 and D2, and two drip-irrigated trees, I1 and I2. During the experiments, the D1 and I1 trees were pond-irrigated, increasing the soil water content to around field capacity in the whole rootzone. The D2 and I2 trees were drip-irrigated, remaining part of the rootzone in drying soil. The results showed that the ratio between the transpiration of the pond-irrigated D1 tree and that of the drip-irrigated D2 tree (D1/D2 Ep) increased from an average of 0.88 before irrigation to 1.22 fourteen days after the first water supply. For the I trees, I1/I2 Ep varied from 0.76 to 1.02 nine days after the I1 tree was pond-irrigated for the first time. Transpiration, therefore, was restricted when using a drip irrigation system which, despite supplying enough water to cover the calculated crop demand, affected a part of the rootzone only. During the drip versus pond irrigation experiment, the recovery of leaf water potential, stomatal conductance and photosynthesis rate was greater and quicker in the pond-irrigated than in the drip-irrigated trees.


Résumé - Influence de l'irrigation partielle du sol sur les paramètres des relations hydriques de l'olivier. Une comparaison de l'irrigation goutte à goutte avec l'irrigation en cuvette a été conduite sur oliviers `Manzanilla' âgés de 30 ans plantés à 7 m $\times$ 5 m dans un verger du sud-ouest de l'Espagne. À la fin de la saison sèche de 1998, nous avons choisi deux arbres sur sol sec, D1 et D2, et deux arbres sur sol irrigué au goutte à goutte, I1 et I2. Durant les expériences, les arbres D1 et I1 ont été irrigués en cuvette, en augmentant la teneur en eau du sol jusqu'à la capacité au champ dans toute la zone racinaire. Les arbres D2 et I2 ont été irrigués au goutte à goutte, laissant une partie de la zone racinaire dans un sol se desséchant. Les résultats ont montré que le quotient entre la transpiration de l'arbre D1 irrigué en cuvette et celle de l'arbre D2 irrigué au goutte à goutte (D1/D2 Ep) a augmenté à partir d'une moyenne de 0,88 avant irrigation jusqu'à 1,22 quatorze jours après le premier apport d'eau. Pour les arbres I, I1/I2 Ep a varié entre 0,76 et 1,02 neuf jours après que l'arbre I1 ait été irrigué en cuvette pour la première fois. Par conséquent, la transpiration était réduite quand on utilisait un système d'irrigation au goutte à goutte qui, malgré l'apport d'eau suffisant pour couvrir les besoins potentiels des cultures, a affecté seulement une partie de la zone racinaire. Durant cette comparaison de l'irrigation goutte à goutte et de l'irrigation en cuvette, la récupération de la teneur en eau des feuilles, de la conductance stomatique et du taux de photosynthèse était supérieure et plus rapide pour les arbres irrigués en cuvette que pour ceux irrigués au goutte à goutte.


Key words: olive / irrigation / water relation / partial wetting / rewatering / sap flow

Mots clés : olivier / irrigation / relation hydrique / arrosage partiel / réhydratation / flux de sève

Corresponding author: José-Enrique Fernández jefer@irnase.csic.es

Communicated by Gérard Guyot (Avignon, France)



© INRA, EDP Sciences 2003