Issue
Agronomie
Volume 23, Number 5-6, July-October 2003
"Third Rhizosphere Conference" (Dijon 2001)
Page(s) 471 - 479
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:2003019
Agronomie 23 (2003) 471-479
DOI: 10.1051/agro:2003019

Observing plant roots in their environment: current imaging options and specific contribution of two-dimensional approaches

Alain Pierreta, Claude Doussanb, Emmanuelle Garriguesb and John Mc Kirbya

a  CSIRO Land & Water, GPO Box 1666, Canberra ACT, Australia
b  INRA-CSE, Domaine Saint-Paul, Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9, France

(Received 19 June 2002; accepted 28 January 2003)

Abstract
This paper provides an overview of current options for imaging roots in their environment. Our primary aim is to describe the potential and limitations of these techniques, rather than their physical principles. We primarily discuss two-dimensional imaging techniques which, while inherently limited by their 2-dimensional nature are technically simple, cheaper, more readily accessible, and offer larger field- of-view or better resolution for a similar field-of-view than three-dimensional imaging techniques. We show that techniques involving microscopic or high-resolution X-ray imaging of roots in undisturbed soil samples have a considerable value because they can provide, at a scale which is not accessible by any other means, essential information on complex interactions between roots and soil structure. We also illustrate how 2D imaging techniques, based on either visible light or X-ray attenuation through thin growing containers (rhizotrons), can be used to study whole root systems. We conclude that, while fully appropriate 3D imaging tools will ultimately become available, in the meantime, two-dimensional techniques should be considered as relevant options for observing roots in their environment.

Résumé
Observation des racines dans leur environnement : techniques d'imagerie actuelles et apports spécifiques des approches 2D. Cet article offre un inventaire des techniques d'imagerie actuellement disponibles pour l'observation des racines au sein de leur environnement. Le propos est avant tout d'informer le lecteur sur le potentiel et les limites des techniques et non sur leurs principes physiques. D'autre part, l'accent est mis sur l'apport spécifique des méthodes 2D : en dépit des limitations et biais qui leur sont inhérents, ces méthodes offrent en effet, par rapport aux outils 3D actuellement disponibles, des avantages tels qu'un grand champ d'observation ou une résolution supérieure à champ d'observation équivalent, ou encore, une mise en oeuvre simplifiée et un coût réduit. Ainsi, la microscopie et la radiographie X à haute résolution sont très attractives car elles permettent d'étudier, à une échelle qui demeure hors de la portée des méthodes 3D, les interactions complexes entre racines et structure du sol. On montre par ailleurs que les méthodes 2D basées sur l'atténuation de lumière visible ou de rayons X s'avèrent très utiles pour étudier le fonctionnement de systèmes racinaires entiers en rhizotrons. S'il ne fait guère de doute qu'à relativement court terme, les progrès accomplis dans le domaine de l'imagerie 3D aboutiront à la mise au point d'outils parfaitement adaptés à l'observation non destructive des racines dans leur environnement, il n'en reste pas moins que, dans l'attente de tels outils, les techniques 2D continueront de faire progresser notre connaissance des racines et de leur fonctionnement.


Key words: 2D and 3D imaging / root system / root-soil interactions / water uptake

Mots clés : imagerie 2D et 3D / système racinaire / interactions sol-racines / prélèvement d'eau

Correspondence and reprints: Claude Doussan email: claude.doussan@avignon.inra.fr

Communicated by Philippe Hinsinger (Montpellier, France)



© INRA, EDP Sciences 2003