Issue
Agronomie
Volume 19, Number 1, 1999
Page(s) 21 - 29
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19990103
Agronomie 19 (1999) 21-29
DOI: 10.1051/agro:19990103

Characterisation of the mycelial glycoproteins of the 'Ascochyta pea complex' (Ascochyta pisi Lib., Mycosphaerella pinodes (Berk. and Blox.) and Phoma medicaginis var. pinodella (Jones) Boerema)

Edouard Mendes-Pereira, Samar Faris-Mokaiesh, Jean Bertrandy and Didier Spire

Unité de phytopathologie, Inra, route de Saint-Cyr, 78026 Versailles, France

Abstract - Mycelial glycoproteins of the three phytopathogenic fungi causing Ascochyta blight on pea (Ascochyta pisi, Mycosphaerella pinodes (anamorph Ascochyta pinodes) and Phoma medicaginis var. pinodella) were investigated using affinity chromatography. Three types of functional structures were present in the three pathogens, N-glycosylated mannose structures, α-D-glucosyl residues and terminal α-D-galactosamine residues. The antigenic properties of the different glycoprotein fractions extracted from the three species were tested by ACP-ELISA using an antiserum produced against Mycosphaerella pinodes soluble mycelial extract. For all three fungi, the fraction containing a high mannose structure was preferentially recognised, whereas the fraction with glycosyl residues showed a weak reaction. The fraction containing α-D-galactosamine residues was not recognised. The most antigenic (mannose-rich) glycoprotein fraction of Mycosphaerella pinodes was used as immunogen to produce a polyclonal antiserum, in order to evaluate its specificity. The response (by ACP-ELISA) to this serum is similar for the three fungi. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Résumé - Caractérisation des glycoprotéines mycéliennes des Ascochyta du pois (Ascochyta pisi Lib., Mycosphaerella pinodes (Berk. et Blox.) et Phoma medicaginis var. pinodella (Jones) Boerema ). Les glycoprotéines du mycélium de trois champignons phytopathogènes apparentés responsables de l'anthracnose du pois (Ascochyta pisi, Mycosphaerella pinodes (anamorphe Ascochyta pinodes) et Phoma medicaginis var. pinodella) ont été étudiées. La nature de ces glycoprotéines fonctionnelles a été déterminée en se basant sur leur affinité pour différentes lectines. Trois types de structures ont pu être mises en évidence chez les trois agents pathogènes, des structures N-glycosylées riches en mannose, des résidus α-D-glucosyle, et des résidus α-D-galactosamine terminaux. Les propriétés antigéniques des différentes fractions glycoprotéiques des trois parasites ont été comparées par une méthode immunoenzymatique (ACP-Elisa) à l'aide d'un sérum dirigé contre les extraits mycéliens solubles de Mycosphaerella pinodes. Pour chacune des trois espèces étudiées, une forte réaction est observée pour la fraction glycoprotéique riche en mannose, tandis que celle de la fraction présentant des résidus glucosyle est plus faible. La réponse de la fraction caractérisée par des résidus α-D-galactosamine terminaux n'est pas significativement différente de celle du témoin. La fraction glycoprotéique de Mycosphaerella pinodes la plus antigénique (riche en mannose) a été utilisée pour produire un sérum polyclonal, dans le but d'évaluer sa spécificité. La réponse (en Elisa indirect) vis-à-vis de ce sérum est similaire pour les trois champignons. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Key words: Pisum sativum / pea / Ascochyta / functional glycoprotein / mannose structure / affinity

Mots clés : Pisum sativum / pois / Ascochyta / glycoprotéine fonctionnelle / structure mannose / affinité