Free access
Issue
Agronomie
Volume 16, Number 8, 1996
Page(s) 493 - 503
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19960803
Agronomie 16 (1996) 493-503
DOI: 10.1051/agro:19960803

Représentativité du potentiel de base sur sols à humidité hétérogène

T. Améglio and P. Archer

Unité associée de bioclimatologie-Piaf (Inra-université Blaise-Pascal), centre Inra de Clermont-Theix, domaine de Crouelle, F-63039 Clermont-Ferrand cedex 02, France

Abstract - Significance of predawn water potential in heterogeneous soil water content distribution. The development of practical field criteria for timing water application is required to improve crop productivity. The most simple physiological indicator of plant water status is the predawn leaf water potential. For several annual crops, this indicator is representative of relative evapotranspiration. The same correlation between relative evapotranspiration and predawn water potential is also found with young trees in containers. However, exceptions can occur for heterogeneous soil distributions of water content. To examine this condition, a split-root experiment was performed with two compartments (20 and 80% of the total available soil volume respectively). Predawn and minimal stem water potential, sap flow, variation in trunk diameter were measured for control trees (two compartments irrigated) and stessed trees (one small compartment irrigated; 20% of total volume). The experiment showed that the predawn water potentials of the control (two compartments irrigated) and of the treatment (one compartment irrigated) do not differ significantly, while sap flow and variation in diameter clearly indicate stress. This experiment has been compared with drought treatment in homogeneous soil. We conclude that under this particuliar condition of heterogeneous soil water content distribution the use of this indicator is very questionable.


Résumé - Les recherches pour caractériser l'état hydrique d'une culture portent de plus en plus sur la réponse du végétal à la contrainte hydrique. Pour cela nous disposons maintenant d'un certain nombre d'indicateurs dont le plus facilement accessible est le potentiel hydrique mesuré à la chambre à pression. Pour de nombreuses cultures annuelles, il a été montré que le potentiel de base (censé représenter le potentiel hydrique «moyen» du sol au voisinage des racines) mesuré juste avant le lever du soleil est bien corrélé au rapport entre l'évapotranspiration réelle et l'évapotranspiration maximale d'une culture. Cette corrélation se vérifie aussi sur de jeunes arbres fruitiers cultivés en conteneurs. Il existe cependant des exceptions en cas de forte hétérogénéité hydrique du sol. Pour simuler ces conditions particulières, une expérimentation a été réalisée sur de jeunes noyers en conteneurs à deux compartiments de tailles inégales (20 et 80 % du volume total). Sur ces noyers étaient effectuées des mesures de transpiration journalière par pesée, des mesures en continu de débits de sève et de variation de diamètre, des mesures du potentiel hydrique (de base et potentiel minimal en milieu de journée au niveau des rameaux). Ces mesures ont été faites pour des arbres témoins irrigués à la capacité au champ et des arbres dont seul le petit compartiment était maintenu à la capacité au champ. Le comportement de ces arbres a été comparé à celui obtenu dans une situation homogène de dessèchement du sol sans apport d'eau. L'expérience montre que malgré des conditions de sécheresse intense, attestées par les courbes de débit de sève et de variations de diamètre, de même que par la transpiration relative et le potentiel minimal, le potentiel de base remonte toujours à des valeurs relativement élevées (-0,02 à -0,4 MPa), valeurs qui seraient jugées peu critiques dans des conditions normales de sol homogène.


Key words: predawn water potential / walnut in containers / split-root / biosensor for irrigation / relative transpiration

Mots clés : potentiel de base / noyer / système racinaire compartimenté / critère d'irrigation / transpiration relative