Free access
Issue
Agronomie
Volume 15, Number 9-10, 1995
Page(s) 517 - 525
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19950901
Agronomie 15 (1995) 517-525
DOI: 10.1051/agro:19950901

Le striga, mauvaise herbe parasite des céréales africaines : biologie et méthodes de lutte

A. Olivier

Département de phytologie, faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, université Laval, Sainte-Foy, Québec, G1K 7P4, Canada

Résumé - La mauvaise herbe parasite Striga hermonthica cause de graves dommages au sorgho, au mil et au maïs en Afrique. L'importance des pertes de rendement subies par les cultures est liée au mode de vie parasitaire du striga. Après avoir germé en réponse à des stimulants de germination libérés par la racine de son hôte, le striga développe en effet un genre de suçoir, l'haustorium, qui se fixe à une racine de la céréale, la pénètre et établit une connexion entre les vaisseaux conducteurs de sève des 2 plantes. Cela permet au parasite de prélever chez son hôte l'eau, les éléments minéraux et les substances organiques nécessaires à son développement. Le striga altère aussi l'activité photosynthétique de la céréale. Plusieurs méthodes de lutte, comme l'utilisation de stimulants de germination et d'herbicides, la pratique de rotations avec de faux hôtes et la sélection variétale n'ont donné jusqu'à maintenant que des résultats peu satisfaisants. Mais une meilleure compréhension des phénomènes de résistance au striga pourrait ouvrir de nouvelles voies dans la lutte contre le parasite. Il devient par ailleurs urgent de multiplier les efforts pour vulgariser auprès des paysans les techniques actuellement disponibles pour réduire l'intensité des dommages causés par le striga.


Abstract - Witchweed, a parasite of African cereal crops: biology and control methods. The parasite witchweed (Striga hermonthica) causes considerable yield losses in sorghum, pearl millet and maize in Africa. These losses are related to the parasitic nature of witchweed. The seed germinates in response to specific chemicals exuded by host plants. The germinated seed then develops a root structure, the haustorium, which attaches itself to the host root and penetrates its vascular tissue, establishing a connection that allows absorption of water, minerals and carbohydrates, which are essential for its development. The witchweed also affects the photosynthetic activity of the cereal crop. Control methods such as the use of germination stimulants and herbicides, rotation with 'false crops' and varietal selection gave disappointing results. A better understanding of resistance mechanisms is necessary to develop new control methods against the parasite. A better diffusion of available control methods is also urgently needed to help African farmers reduce crop damage caused by witch weed.


Key words: Striga hermonthica = witchweed / germination / haustorium / control method / resistance

Mots clés : Striga hermonthica = striga / germination / haustorium / méthode de lutte / résistance