Free access
Issue
Agronomie
Volume 15, Number 3-4, 1995
Page(s) 157 - 170
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19950301
Agronomie 15 (1995) 157-170
DOI: 10.1051/agro:19950301

La pollution de l'eau par les produits phytosanitaires : état et origine

M. Schiavona, b, C. Perrin-Ganiera and JM Portalb

a  École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires, BP 172, F54505 Vandoeuvre-lès-Nancy
b  CNRS, centre de pédologie biologique, BP 5, F54501 Vandoeuvre-lès-Nancy, France

Résumé - Les campagnes d'analyse des eaux de surface ou souterraines utilisées comme ressource en eau potable montrent fréquemment une pollution par les produits phytosanitaires au-delà de la norme UE. Cette situation est en partie due à une agriculture intensive, au non respect des bonnes pratiques agricoles, aux usages non agricoles des pesticides mais également à l'existence de sites particulièrement vulnérables (réseau hydrologique dense et diffus, relief accidenté, sols filtrants ou fissurés, nappes peu profondes). Son évaluation peut être réalisée à différentes échelles. Cependant, seule l'étude régionale apparaît comme satisfaisante. En effet, elle permet de mieux cibler les produits à rechercher, les dates d'échantillonnage et le type d'eau à surveiller en fonction des ressources en eau potable. Les pesticides mis en cause dans la pollution de l'eau en France sont actuellement peu nombreux : atrazine, simazine, lindane, carbofuran, phénylurées. Mais cette liste peut se diversifier en prenant en compte la spécificité de l'agriculture locale par réduction de l'échelle d'investigation ou par la prise en compte des produits de dégradation des pesticides utilisés (dééthylatrazine). Pour les eaux de surface, la pollution peut être très élevée mais de courte durée. Elle est étroitement liée aux possibilités de transport des pesticides par ruissellement et à l'effet de dilution par les eaux provenant de secteurs non traités. En revanche, pour les eaux souterraines, la pollution est plus discrète mais elle peut être permanente. Elle est régulée par le processus de lessivage, lui-même lié à la disponibilité du produit et à la dynamique de l'eau. Dans le cas où le pesticide est à la fois persistant et quelque peu mobile, il peut y avoir un stockage du produit dans le sol, qui entretient la pollution des eaux souterraines.


Abstract - The pollution of water by pesticides: state and origin. In Europe, monitoring campaigns of surface and groundwaters used for drinking water frequently show pollution by pesticides, above the EU specification. This situation is due to intensive agriculture, non-respect of good agricultural practices, non-agricultural uses and the existence of especially vulnerable sites (eg, thick and diffuse hydrological system, broken relief, filtering or cracked soils, water table lying near the surface). The assessment of the pollution can be conducted at different levels. However, local study appears to be the only satisfactory method. Indeed, it allowed us to focus on some pesticides, sampling dates and water supplies, in relation to the local characteristics. In France, few pesticides are involved in water pollution: atrazine, simazine, lindane, carbofuran and phenylureas. However, this list would be different if practices carried out locally or degradation products (deethylatrazine) were taken into account. The pollution of surface water can reach a high level but for a small time. It is closely related to the ability of pesticides to be transported by runoff, and the dilution with water from untreated areas. In contrast, groundwater is weakly but, in some instances, continuously polluted. This depends on the leaching processes, and, hence, on the availability of pesticides and the water dynamics. In the case of pesticides with high persistance and relatively good mobility, the storage of pesticides in soil sustains the groundwater pollution.


Key words: pollution / pesticide / water / soil

Mots clés : pollution / pesticide / eau / sol