Free access
Issue
Agronomie
Volume 15, Number 2, 1995
Page(s) 139 - 151
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19950205
Agronomie 15 (1995) 139-151
DOI: 10.1051/agro:19950205

Effet du traitement antipiétin sur les rendements du blé d'hiver et nuisibilité du piétin verse en Belgique

M. Caveliera and L. Couvreurb

a  CRA-Gembloux, station de phytopathologie
b  CRA-Gembloux, station de phytotechnie, chemin de Liroux, B-5030 Gembloux, Belgique

Résumé - En Belgique et dans la plupart des régions céréalières de l'Europe de l'Ouest, le piétin verse (Pseudocercosporella herpotrichoides) n'est plus considéré comme une maladie très dommageable au blé d'hiver, mais pèse encore fortement sur la décision de l'agriculteur lorsqu'un traitement fongicide est envisagé en cours de montaison. Ce paradoxe vient du fait que les éventuelles augmentations de rendement consécutives à ce traitement sont souvent associées par les utilisateurs à l'effet antipiétin du fongicide appliqué, alors que le principal produit utilisé, le prochloraze, agit également contre la septoriose des feuilles (Septoria tritici). Cette confusion serait à l'origine de plusieurs interprétations douteuses à propos de résultats d'essai en plein champ. Pour étudier cette question, on a observé en 1994 le comportement au champ de 6 variétés de blé d'hiver soumises à une épidémie naturelle de septoriose des feuilles et à une forte attaque de piétin verse, obtenue par inoculation. Des traitements au chlorothalonil, seulement actif contre la septoriose, et au prochloraze, actif à la fois contre la septoriose et le piétin verse, ont été appliqués afin de pouvoir dégager l'effet respectif de chacune de ces maladies sur le rendement du blé. La faible nuisibilité du piétin verse a été une nouvelle fois établie. En effet, les augmentations de rendement obtenues grâce aux applications fongicides au stade premier noeud et au stade dernière feuille sont principalement dues au contrôle de la septoriose, aussi bien dans les parcelles inoculées par le piétin verse que dans les parcelles non inoculées. Toutefois, que ce soit avec le chlorothalonil seul ou avec le mélange chlorothalonil-prochloraze, les traitements de montaison ont toujours été mieux valorisés dans les parcelles fortement attaquées par le piétin verse. La lutte contre le piétin verse ne serait donc rentable que si elle est associée à des mesures de lutte contre la septoriose, celles-ci étant, par elles-mêmes, suffisantes à assurer des rendements élevés. C'est probablement la raison pour laquelle, en absence de septoriose, la lutte contre le piétin verse n'a pas donné de résultats satisfaisants dans les essais que nous avons réalisés antérieurement. Le présent essai confirme d'ailleurs que de graves symptômes de piétin verse ne peuvent pas être à l'origine de pertes significatives de rendement sans qu'aucun échaudage ne se produise. L'importance vraisemblablement excessive accordée à la lutte contre le piétin verse dans les schémas de protection fongicide du blé d'hiver est discutée.


Abstract - Effect of eyespot control on the yield of winter wheat and eyespot damage in Belgium. In Belgium and most cereal-growing countries of Western Europe, eyespot (Pseudocercosporella herpotrichoides) is no longer considered as highly damaging to winter wheat, but still remains a major element of decision with farmers when contemplating fungicide application at the stem elongation stage. This paradox stems from the fact that users often associate increases in the yield subsequent to treatment with the activity of the fungicide against eyespot even though the most commonly used fungicide (prochloraz) is also effective against Septoria tritici blotch. This may result in questionable interpretations of field trial data. The matter was investigated in 1994 by observing the field behaviour of 6 winter wheat cultivars subjected to an artificial inoculation with eyespot and a natural Septoria epidemic. Applications of chlorothalonil, which is specifically active against Septoria tritici blotch, and prochloraz, which is active against both Septoria and eyespot, were made in order to discriminate the respective effects of the 2 diseases on the yield of winter wheat. The low level of yield losses caused by eyespot was again evidenced. The yield increases obtained with the fungicide applications at the first node and last leaf stages mainly resulted from the control of Septoria tritici blotch in both eyespot inoculated and uninoculated plots. Whatever the fungicide used (chlorothalonil or a mixture of chlorothalonil and prochloraz), the fungicide applications always resulted in higher yield increases in the eyespot-inoculated plots. Eyespot control is only economically advisable if associated with control measures against Septoria, which are actually sufficient to ensure high yields. This is probably the reason why, in the absence of Septoria, eyespot control did not give satisfactory results in previously conducted trials. The present trial confirms that eyespot does not result in significant yield losses as long as it is not producing white heads. The presumably overrated influence of eyespot control in winter wheat protection programs is discussed.


Key words: wheat / eyespot / Septoria tritici / yield loss / prochloraz / chlorothalonil

Mots clés : blé / Pseudocercosporella herpotrichoides = piétin verse / Septoria tritici = septoriose des feuilles / nuisibilité / prochloraze / chlorothalonil