Free access
Issue
Agronomie
Volume 14, Number 3, 1994
Page(s) 195 - 203
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19940306
Agronomie 14 (1994) 195-203
DOI: 10.1051/agro:19940306

Methods of determining the reaction of sunflower genotypes to terminal bud attack by Sclerotinia sclerotiorum (Lib) De Bary

EH Achbani, D. Tourvieille de Labrouhe and F. Vear

INRA, Centre de Recherche Agronomique, Domaine de Mon Désir, F63039 Clermont-Ferrand Cedex 2, France

Abstract - Possible methods to test the reaction of sunflower genotypes to terminal bud attack by Sclerotinia sclerotiorum were studied. Percentage attack in the field under natural conditions was taken as a basis for comparison of the different test methods, since it has been shown that genotype ranking according to reaction to natural attack is stable. Two tests gave results significantly correlated with those of natural attack. A test measuring mycelium extension along the young stem from an explant placed on the terminal bud gave a correlation of r = 0.554 (n = 20). An infection by ascospores after wounding a young leaf with a soldering iron gave a correlation of r = 0.444 (n = 20). These tests can be used in breeding programmes. The results of other tests on leaves and stems were not correlated with terminal bud attack, confirming that reaction of sunflowers to S sclerotiorum depends on the plant part attacked.


Résumé - Méthodes d'études de la réaction du tournesol aux attaques du bourgeon terminal par Sclerotinia sclerotiorum. L'obtention d'hybrides de tournesol résistants à l'attaque de S sclerotiorum sur bourgeon terminal passe par la sélection de lignées résistantes. Ainsi, on a besoin de méthodes fiables pour mesurer cette résistance applicables tous les ans. Actuellement, l'évaluation des génotypes ne peut être réalisée qu'au champ en infection naturelle. Cette étude rapporte d'autres méthodes en contamination artificielle utilisant aussi bien les ascospores que le mycélium. L'inoculum est apporté soit directement sur le jeune bouton floral, soit sur tige et feuille. Les caractères mesurés sont le pourcentage d'attaque et l'indice d'attaque pour le test ascospore ou la longueur de la nécrose et la vitesse de la progression du champignon pour le test mycélium. L'infection naturelle est prise comme base de comparaison des autres méthodes car les classements variétaux observés au champ sont stables. Dans cette étude, la variété sensible est atteinte à 45% en moyenne et les variétés résistantes sont sans symptôme. Les lignées femelles montrent des comportements variés mais les parents mâles sont sans symptôme. L'utilisation d'une note, l'indice de sensibilité, n'apporte pas plus de précision dans le classement variétal que le pourcentage des plantes atteintes. Parmi les différentes méthodes faisant appel au test « mycélium », celle mesurant l'extension d'une nécrose à partir de pastilles mycéliennes déposées sur le bourgeon terminal est la mieux corrélée avec l'infection naturelle (r = 0,554, n = 20). Le test « ascospore » pratiqué sur le jeune bouton floral (B8-B12) après une nécrose préalable sur l'une des feuilles l'entourant est aussi corrélé significativement avec l'attaque naturelle. Les réponses obtenues aux tests mycélium sur feuille et tige sont indépendantes de la sensibilité sur bourgeon terminal, ce qui prouve que les généticiens doivent traiter les attaques sur feuille, tige et bourgeon comme s'il s'agissait de maladies distinctes. Le test « mycélium » sur bourgeon, relativement facile à mettre en oeuvre, ne nécessite que le dépôt de rondelles de coton hydrophile et peut être intégré dans la sélection pour la résistance du tournesol à l'attaque de S sclerotiorum sur bourgeon terminal du tournesol.


Key words: Sclerotinia sclerotiorum / sunflower / test / terminal bud / correlation

Mots clés : Sclerotinia sclerotiorum / tournesol / bourgeon terminal / test / corrélations