Free access
Issue
Agronomie
Volume 13, Number 7, 1993
Page(s) 637 - 649
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19930708
Agronomie 13 (1993) 637-649
DOI: 10.1051/agro:19930708

Fusarium spp from potato: polymorphism of esterase phenotypes on polyacrylamide gel electrophoresis

A. Somé and B. Tivoli

INRA, Station de Phytopathologie, Centre de Recherches de Rennes, BP 29, F35650 Le Rheu, France

Abstract - Polyacrylamide gel electrophoresis was used to analyze 49 single-spore cultures of Fusarium from potatoes growing in the Brittany region of France. The isolates belonged to 3 species (F oxysporum, F solani, and F roseum), 5 varieties of F roseum (sambucinum, arthrosporioides, culmorum, graminearum and gibbosum). Esterase patterns from the mycelium made it possible to unambiguously distinguish each species or variety. Depending on the species or varieties 6 to 20 isozymes were found, but only 3 or 4 of these could be used for identification. F oxysporum, F solani var coeruleum, and F roseum var arthrosporioides showed highly distinctive enzyme patterns, while the esterase patterns of F roseum var culmorum and var graminearum were closely related. Where morphological heterogeneity appeared between isolates of the same species or variety, the enzyme patterns were variable, such as in F roseum var graminearum with 2 stet morphological sub-types and in F roseum var arthrosporioides with its morphological variants. Based on these stable and fluctuating isozymes, we consider that F roseum var arthrosporioides and F roseum var avenaceum could be one and the same species. Lastly, the relation between tolerance to thiabendazole and esterase patterns of F roseum var sambucinum is discussed.


Résumé - Polymorphisme des isoenzymes d'estérases d'espèces ou de variétés de Fusarium isolées de tubercules de pomme de terre. L'électrophorèse sur gel de polyacrylamide est utilisée pour analyser 49 isolats mono-spores de Fusarium issus pour la plupart de pomme de terre en Bretagne. Ces isolats appartiennent à 3 espèces (F oxysporum, F solani et F roseum), et 5 variétés de F roseum (sambucinum, arthrosporioides, culmorum, graminearum, gibbosum). Les estérases du mycélium, seul critère enzymatique retenu, permettent de distinguer sans ambiguïté chaque espèce ou variété de Fusarium. Selon les espèces ou les variétés, 6 à 20 bandes enzymatiques sont mises en évidence mais 3 à 4 seulement peuvent servir à leur identification. F oxysporum, F solani var coeruleum et F roseum var arthrosporioides ont des zymogrammes bien distincts ; les profils d'estérases de F roseum var culmorum et de F roseum var graminearum sont proches tandis que celui de F roseum var gibbosum forme compactum est plus apparenté à celui de F roseum var sambucinum qu'aux 2 variétés précédentes. Les résultats obtenus concordent avec les subdivisions définies à partir de la morphologie. En cas d'homogénéité morphologique entre isolats, les isoestérases sont plus stables au niveau de l'espèce ou de la variété que dans le cas des taxons les plus polymorphes. La situation de variation importante est illustrée chez F roseum var graminearum où les 2 types d'isolats sont mis en évidence ; également chez F roseum var arthrosporioides, des modifications morphologiques observées s'accompagnent d'altérations isozymiques mais ces fluctuations n'éloignent pas ces variants de cette variété de F roseum. À ce sujet, la relation entre F roseum var arthrosporioides et F roseum var avenaceum est discutée. Enfin, cette méthode permet de mettre en évidence des différences entre souches de F roseum var sambucinum en fonction de leur sensibilité ou résistance au thiabendazole et de leur développement sur mileu de culture.


Key words: electrophoresis / isozymes / systematics / morphology

Mots clés : électrophorèse / isoenzymes / systématique / morphologie