Free access
Issue
Agronomie
Volume 13, Number 7, 1993
Page(s) 591 - 595
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19930703
Agronomie 13 (1993) 591-595
DOI: 10.1051/agro:19930703

The use of electrolytic conductivity in breeding sugar beet for quality

B. Schweisguth and JP Denizot

INRA, Station de Génétique et d'Amélioration des Plantes, BV 1540, F21034 Dijon Cedex, France

Abstract - Sugar beet varieties from 2 trials (1990 and 1991) were analysed for quality. Pulp samples were analysed for K+, Na+, α-amino nitrogen, glucose and polarimetric sugar (sucrose). The electrolytic conductivity of the samples was measured. In both trials, 1990 and 1991, conductivity was positively correlated with K+ (r= 0.7 and 0.8), Na+ (r= 0.5 and 0.2), α-amino nitrogen (r= 0.2 and 0.6) and molasse sugar (r= 0.3 and 0.7). It was negatively correlated with sucrose (r = -0.3 and -0.6) and glucose (r = -0.4 and -0.3). The variation of electrolytic conductivity was explained by a multiple regression equation with different independent variables according to the trial: K+, glucose, Na+, sucrose in 1990, with R2 = 0.65 and K+, sucrose, α-amino nitrogen, glucose in 1991, with R2 = 0.81. Genotypic (rG) and micro-environmental (residual) (re) correlations were computed for conductivity and the other traits. rG had a high absolute value for: sucrose (-0.68), K+ (0.71), Na+ (0.71) and glucose (-1.15), but was medium for molasse sugar (0.50). Selection for low conductivity should be efficient in improving quality only if a large variability exists among genotypes for cation concentration.


Résumé - Utilisation de la conductivité électrique pour l'amélioration de la qualité de la betterave à sucre. Des analyses ont été faites sur les variétés de 2 essais de betterave à sucre, en 1990 et 1991, pour évaluer leur qualité technologique. Les éléments suivants ont été analysés sur des échantillons de râpure : les cations K+ et Na+, l'azote α-aminé, le glucose et le sucre polarimétrique (saccharose). Le sucre mélasse - la part non extractible du saccharose - a été calculé avec une formule de l'IRIS. Parallèlement, la conductivité électrique a été mesurée sur chaque échantillon. La conductivité est corrélée positivement, en 1990 et 1991, avec la concentration en cations (r = 0,7 et 0,8 pour K+, 0,5 et 0,2 pour Na+), avec l'azote α-aminé (r = 0,2 et 0,6) et le sucre mélasse (r = 0,3 et 0,7). Elle est corrélée négativement avec le sucre polarimétrique (r = -0,3 et -0,6) et le glucose (r = -0,4 et -0,3). La variabilité de la conductivité est expliquée par une équation en régression multiple comportant des variables explicatives différentes selon l'essai : K+, glucose, Na+, saccharose en 1990, avec R 2 = 0,65 et K+, saccharose, azote α-aminé, glucose en 1991, avec R2 = 0,81. Des analyses de variance et covariance sur l'essai de 1991 ont permis d'estimer les corrélations génotypiques (rG) et micro-environnementales (résiduelles) (re) entre la conductivité et les éléments de la qualité. Les rG sont importantes pour le saccharose (-0,68), K + (0,71), Na+ (0,71) et le glucose (-1,15), mais pour le sucre mélasse rG est moyen (0,50). La sélection pour une faible conductivité ne conduira à un progrès de la qualité que dans le cas d'une forte variabilité des génotypes pour la concentration en cations.


Key words: sugar beet / electrolytic conductivity / molasses sugar / phenotypic correlation / genotypic correlation /

Mots clés : betterave à sucre / conductivité électrique / sucre mélasse / corrélation phénotypique / corrélation génotypique