Free access
Issue
Agronomie
Volume 13, Number 6, 1993
Page(s) 441 - 456
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19930601
Agronomie 13 (1993) 441-456
DOI: 10.1051/agro:19930601

Pathologie des blessures mettant à nu le bois chez les végétaux ligneux

C. Grosclaude

INRA, station de Pathologie végétale, BP 94, F 84143 Montfavet cedex, France

Résumé - Les blessures qui mettent le bois à nu ont des origines diverses, accidentelles le plus souvent, parfois naturelles (élagage naturel). Les blessures ont pour conséquence la rupture d'un certain nombre d'éléments conducteurs dans lesquels la sève brute est en général sous tension. Toute blessure détermine donc un retrait de la sève et une aspiration de l'air atmosphérique et des spores de micro-organismes qu'il contient ; par la suite, on observe la formation de thylles et de gommes. Les spores des micro-organismes aspirées dans les éléments conducteurs peuvent pénétrer à plusieurs centimètres de profondeur, mais le bois joue néanmoins un rôle de filtre du fait notamment de la longueur limitée des vaisseaux et des éléments qui les forment. Les conditions qui règnent dans le bois (humidité, teneur en oxygène et en substances toxiques, etc) opèrent une sélection parmi les micro-organismes présents. Ceux qui se développent peuvent provoquer des pourritures du bois («carie») dues à la dégradation de la lignine ou/et de la cellulose des membranes (champignons lignivores). Les premiers organismes qui se développent dans le bois sont des pionniers, mais une succession parasitaire s'établit par la suite, selon le pouvoir de compétitivité de chaque organisme. Dans l'arbre, en réponse aux agressions subies, on peut mettre en évidence une zone de réaction et une zone de bois dégradé, chacune ayant des caractéristiques bien différentes. Le concept de compartimentation selon Shigo (CODIT) est exposé. Enfin, les possibilités de protection à l'égard des micro-organismes lignivores sont discutées, aucune méthode de lutte n'étant totalement satisfaisante.


Abstract - Pathological study of exposed wood wounds in woody plants. Wounds which expose wood to atmospheric agents have various accidental or natural origins. All wounds result in the breakdown of several conducting elements: in these elements, the sap is under negative pressure. Therefore wounds result in the withdrawal of the sap and penetration of air as well as microorganic spores. Thyllose or gummosis subsequently occurs. The penetration of microorganic spores can reach several centimeters in depth, but the wood neverthless acts as a filter due to the limited length of the vessels and vessel elements. Conditions in the wood including humidity, oxygen and extractive content put a selection pressure on the microorganisms present. Those which develop can induce wood decay ("carie") by degradation of lignin and/ or cellulose in the membranes (wood-destroying fungi). The first microorganisms to become established are considered pioneers, but thereafter a succession of microorganisms occurs according to the competitive ability of each. In the tree, the response to attack is the formation of a reaction zone (discolored wood) and a zone of wood decay. The concept of compartmentalization according to Shigo (CODIT) is explained. Finally, possibilities for control of wood-destroying fungi are discussed, but no method has been found fully satisfactory.


Key words: wound / woody tissue / wood destroying fungus / wood decay / microorganic succession / compartmentalization

Mots clés : blessures / tissu ligneux / champignon lignivore / altération du bois / succession parasitaire / compartimentation