Free access
Issue
Agronomie
Volume 13, Number 4, 1993
Page(s) 237 - 252
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19930401
Agronomie 13 (1993) 237-252
DOI: 10.1051/agro:19930401

Comparaison des dynamiques d'apparition et de mortalité des organes de fétuque élevée, dactyle et luzerne (feuilles, talles et tiges)

M. Durua, b, E. Justesc, A. Langletb, V. Tirillya, S. Rouziès, L. Sos and R. Viard

a  INRA, centre de recherches de Toulouse, station d'agronomie, BP 27, F 31326 Castanet-Tolosan Cedex
b  INRA, centre de recherches de Toulouse, unité de recherche sur les systèmes agraires et le développement, BP 27, F 31326 Castanet-Tolosan Cedex, France
c  INRA, station d'agronomie, F 78850 Thiverval-Grignon

Résumé - Trois espèces fourragères (fétuque élevée, dactyle et luzerne) sont cultivées en conditions hydrique et azotée non limitantes. Les rythmes d'apparition et de sénescence des feuilles, ainsi que les dynamiques d'évolution des nombres de talles et tiges, sont comparés pour plusieurs repousses (une de printemps et 2 estivales pour les graminées, 3 estivales et une automnale pour la luzerne). Nous montrons que les phyllochrones moyens sont de 83 °C.j (degrés-jours) pour la luzerne, 188 pour le dactyle et 253 pour la fétuque élevée. Pour toutes les espèces, on observe une augmentation régulière du phyllochrone au cours d'une repousse. Cette évolution a été interprétée par une compétition pour la lumière croissante au cours de la pousse. Par ailleurs, les valeurs varient selon les périodes de repousses considérées. Elles sont plus élevées pour les pousses d'été, où la température moyenne est la plus forte. Le nombre maximal de feuilles entièrement vertes est caractéristique de l'espèce (luzerne 9-11, dactyle 3-4, fétuque 2-3). Les sommes de températures s'écoulant en moyenne entre l'apparition du limbe et le début de sa sénescence diffèrent moins que les phyllochrones (452 °C.j pour le dactyle, 516 pour la fétuque élevée et 705 pour la luzerne). Pour des repousses où les conditions de croissance (eau, azote) sont favorables, le nombre de talles ou de tiges n'augmente pas généralement après une défoliation, de telle sorte que l'accroissement d'indice foliaire ne provient que de l'apparition et de l'élongation de nouvelles feuilles. Ces résultats sont mis à profit pour discuter du choix d'un partenaire à associer à une luzerne. Quant à l'exploitation des graminées, on peut déduire de ces résultats qu'une fois le nombre maximal de feuilles vertes atteint il n'y aura accroissement du poids de feuille que si un limbe de taille donnée est remplacé par un limbe de taille supérieure. En cas de défoliation partielle, le temps nécessaire pour atteindre le nombre maximal de feuilles vertes peut être plus court, et la quantité de matériel sénescent plus importante.


Abstract - Comparison of organ appearance and senescence rates in tall fescue, cocksfoot and lucerne (leaves, tillers and stems). Three forage species (tall fescue, cocksfoot, lucerne) were cultivated without nitrogen and water stress. Rates of leaf appearance and senescence were compared for several regrowths (1 in spring and 2 in summer for grasses, 3 in summer and 1 in autumn for lucerne). We showed that the average phyllochrones were 83 degree-days for lucerne, 188 for cocksfoot and 253 for tall fescue and were dependent on regrowth, and always increased during regrowth. These intraspecific variations were interpreted respectively by an increase in competition for light during a given regrowth and by differences in temperature according to regrowth. The maximum number of completely green leaves per tiller or stem was a characteristic of a species (from 9 to 11 for lucerne, 3 to 4 for cocksfoot, 2 to 3 for tall fescue). However, the degree-days from leaf appearance and the beginning of senescence were less variable than those for phyllochrone (452 for cocksfoot, 516 for tall fescue and 705 for lucerne). For regrowths with no nitrogen and water limitations, tiller or stem density did not increase after defoliation so that the increase in leaf index only resulted from leaf appearance and elongation rate. These results were used to discuss the choice of a partner to associate with lucerne. For grasses, we concluded that once the maximal number of green leaves was reached, there would be an increase in lamina weight only if a lamina of given length was replaced by a longer lamina. In case of partial defoliation, the time needed to attain the maximal number of leaves could be shorter, and the amount of senescent material greater.


Key words: phyllochrone / leaf area index / tiller / stem / light

Mots clés : phyllochrone / indice foliaire / talle / tige / lumière