Free access
Issue
Agronomie
Volume 12, Number 10, 1992
Page(s) 775 - 781
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19921005
Agronomie 12 (1992) 775-781
DOI: 10.1051/agro:19921005

Effects of type of carbohydrate during proliferation and rooting of microcuttings of Malus Jork 9

C. Moncousin, M. Ribaux, J. O'Rourke and S. Gavillet

Centre horticole de Lullier, Ecole d'ingénieurs, CH, 1254 Jussy, Geneva, Switzerland

Abstract - The type of carbohydrate used in the medium influenced the proliferation of Malus Jork 9. The microcuttings obtained showed marked differences in rooting ability. During proliferation, sorbitol (0.176 M) gave the best results. The plants grown on fructose (either directly added or resulting from the hydrolysis of sucrose) showed a definite tendency to become an unorganised structure. This abnormal growth showed similarities with the "cancerisation" of microcuttings in the presence of very high cytokinin levels ! This BAP toxicity could be caused by a higher contact surface due to softer gel, this in turn being caused by lowering of pH after autoclaving. During rooting, it seems that both the sugar used during proliferation and that present in the rooting medium influenced the criteria chosen. The best results were obtained with sucrose (0.088 M) during proliferation and glucose (0.088 M) during rooting. Statistically, however, they did not differ from sorbitol (0.176 M) used during both phases of culture.


Résumé - Effet du type de glucide utilisé durant la prolifération et l'enracinement de microboutures de Malus Jork 9. Le type de glucide utilisé dans les milieux de culture in vitro influence la capacité de prolifération intensive de Malus Jork 9. Les microboutures obtenues montrent de nettes différences dans leur capacité rhizogène exprimée par le pourcentage d'enracinement et par le nombre de racines formées par bouture. En phase de prolifération, le sorbitol (0, 176 mol.l-1) donne des résultats statistiquement supérieurs à tout autre traitement. Les plantes se développant sur un milieu de culture contenant du fructose (apporté directement ou résultant de l'hydrolyse du saccharose) montrent une tendance marquée de passage de l'état «touffes» à celui de structure inorganisée. La capacité de récupération d'une croissance normale est inversement proportionnelle au nombre de subcultures et à la quantité de fructose présente dans le milieu. Les perturbations de croissance en présence de fructose montrent des analogies avec la «cancérisation» des microplants rencontrée lors d'apports excessifs de cytokinine ! Cette intoxication par la BAP pourrait trouver son origine dans une augmentation des surfaces de contact à la suite d'une dureté du gel plus faible consécutive à un abaissement accru du pH au cours de l'autoclavage. En phase d'enracinement, il apparaît que le sucre utilisé durant la prolifération comme dans le milieu de rhizogenèse influence les 2 critères susmentionnés. Les meilleurs résultats obtenus en utilisant le saccharose (0,088 mol.l-1) en phase de prolifération et le glucose (0,088 mol.l -1) en phase d'enracinement ne diffèrent pas statistiquement de ceux obtenus avec l'emploi du sorbitol (0, 176 mol.l-1) pendant les 2 phases de culture.


Key words: Malus domestica Borkh Jork 9 / carbohydrate / proliferation / rooting / cancer

Mots clés : Malus domestica Borkh Jork 9 / glucide / prolifération / enracinement / cancer