Free access
Issue
Agronomie
Volume 12, Number 8, 1992
Page(s) 623 - 630
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19920805
Agronomie 12 (1992) 623-630
DOI: 10.1051/agro:19920805

Analyse des plantes de melon (Cucumis melo L) issues de croisements avec du pollen irradié à différentes doses

F. Cunya, R. Dumas de Vaulxb, B. Longhic and R. Siadousd

a  Université d'Avignon, Laboratoire de cytologie et pathologie végétales, 33, rue Louis-Pasteur, F-8400 Avignon
b  INRA, station d'amélioration des plantes maraîchères, domaine Saint-Maurice, F-84143 Montfavet Cedex
c  Institut montpelliérain d'imagerie médico-biologique, service de cytométrie en flux, mini-parc, bâtiment 2, rue de la Croix-verte, F-34090 Montpellier
d  Commissariat à l'énergie atomique, département de biologie, service de radioagronomie, CEN de Cadarache, F-13108 Saint-Paul-Lez-Durance Cedex, France

Résumé - Chez le melon, les conséquences de l'irradiation y du pollen du génotype Védrantais sur le rendement en embryons et en plantules haploïdes sont évaluées après autopollinisation et après hybridation avec le génotype F1GI. L'utilisation de marqueurs génétiques nucléaires permet de confirmer l'origine parthénogénétique des embryons obtenus. La perturbation du processus de double fécondation semble mieux acceptée par le génotype F1G I (3,4 d'embryons pour 100 graines) que par Védrantais (2 d'embryons pour 100 graines). Quelles que soient les doses d'irradiation comprises entre 0,15 et 2,5 kGy, la réponse parthénogénétique est toujours présente. Pour le génotype Védrantais testé, l'induction d'embryons est plus élevée en été qu'en automne. Au maximum 70% de ces embryons placés sur un milieu de culture spécifique ont évolué en plantes haploïdes. Le niveau de ploïdie des plantules a été déterminé en cytométrie en flux à partir de feuilles. Actuellement, l'utilisation en routine de cette technique permet un tri précoce des plants in vitro et l'élimination rapide des diploïdes issus de fécondations accidentelles. Aucun aneuploïde n'est détecté. Toutes les plantes obtenues présentent les phénotypes normaux attendus.


Abstract - Analysis of musk melon plants (Cucumis melo L) obtained after pollination with γ- irradiated pollen: effect of different doses. In musk melon, the effects of γ-irradiation applied to pollen, on haploid embryos and plantlet production have been evaluated after autopollinization or hybridization. The use of nuclear genetic markers confirmed the parthenogenetic origin of these embryos. The disruption of the double fertilization process seemed to be better accepted by the genotype F1.GI (3.4% of embryos) than by Védrantais (2% of embryos). Whatever the irradiation dose between 0.15 and 2.5 kGy, the parthenogenetical response was always present. For the Védrantais genotype, embryo induction was higher during summer than in autumn. A maximum of 70% of those embryos placed on a specific culture medium developed into haploid plants. Plantlet ploidy was determined from leaves using flow cytometry. Routine use of this method allows an early screened of plantlets and efficient elimination of diploids obtained from accidental fertilization. No aneuploid was detected. All the plants obtained showed the normal expected phenotypes.


Key words: flow cytometry / parthenogenesis / embryo / ploidy level

Mots clés : cytométrie en flux / parthénogénèse / embryon / niveau de ploïdie