Free access
Issue
Agronomie
Volume 12, Number 8, 1992
Page(s) 601 - 609
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19920803
Agronomie 12 (1992) 601-609
DOI: 10.1051/agro:19920803

Pourquoi faire des variétés synthétiques ?

A. Gallais

INRA, station de génétique végétale, UPS, Ferme du Moulon, 91190 Gif-Sur-Yvette; Institut national agronomique Paris-Grignon, 16, rue Claude-Bernard, 75231 Paris Cedex 05, France

Résumé - Dans cette discussion sur les variétés synthétiques, les avantages et les inconvénients connus de ce type de variétés sont rappelés. Puis la valeur des meilleures variétés synthétiques possibles à partir d'une population est comparée à la valeur des meilleures hybrides simples (ou des meilleurs clones) et à la valeur des meilleures lignées. Il est montré que les meilleurs variétés synthétiques sont toujours inférieures aux meilleurs hybrides simples et à peine supérieures (de 0 à 10%) à la valeur de la population de départ, et d'autant moins que la dépression de consanguinité est élevée. En fait, la sélection entre variétés, ou son équivalent, compense à peine la dépression de consanguinité si celle-ci est assez forte. Si elle est faible, alors il y a intérêt à développer des variétés lignées. Le seuil dépend des variances génétiques entre lignées et entre hybrides. Dans le cas où les variétés synthétiques se justifient le plus, la population elle-même pourrait être prise comme variété sans perte importante de gain potentiel. Pour développer des variétés synthétiques, il faut donc investir surtout dans la sélection récurrente pour améliorer la valeur propre de la population et très peu dans la sélection entre variétés synthétiques à base étroite.


Abstract - Why develop synthetic varieties? After reviewing the known advantages and disadvantages of synthetic varieties, the value of the best possible synthetic varieties from a given population has been compared to that of the best single-cross hybrids (or the best clones) and to that of the best lines. It has been demonstrated that the best synthetic varieties are always inferior to the best single-cross hybrids and hardly superior to the original population (from 0 to 10%), and that this inferiority is more accentuated the higher the inbreeding depression. In fact, selection between varieties or its equivalent hardly compensates for the inbreeding depression if the latter is sufficiently high. If, however, it is weak, then the development of line varieties is more justified. The threshold depends on the genetic variances among lines and among hybrids. Under conditions in which synthetic varieties are most justified, the original population could be taken as a variety without significant loss of potential gain. To develop synthetic varieties, it is therefore necessary to concentrate on recurrent selection rather than on selection between narrow-base varieties in order to improve the overall value of the population.


Key words: synthetic variety / hybrid / line / recurrent selection

Mots clés : variété synthétique / hybride / lignée / sélection récurrente