Free access
Issue
Agronomie
Volume 12, Number 5, 1992
Page(s) 345 - 357
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19920501
Agronomie 12 (1992) 345-357
DOI: 10.1051/agro:19920501

Diagnostic de la nutrition minérale de prairies permanentes au printemps. II. Validation de références

M. Durua, Y. Cransacb, A. Dalmièreb, M. Rosièreb, P. Marionb and R. Rousselb

a  INRA, centre de recherches de Toulouse, station d'agronomie, BP 27-31326 Castanet-Tolosan
b  Chambre d'agriculture de l'Aveyron, carrefour de l'agriculture, 12000 Rodez, France

Résumé - Dans un précédent article, nous avons proposé une méthode de diagnostic de la nutrition minérale à partir de la connaissance des teneurs en éléments minéraux de l'herbe (N, P et K) et de la biomasse aérienne. Des courbes de référence, N en fonction de la biomasse pour la nutrition azotée, P et K en fonction de N pour la nutrition phosphopotassique ont été établies, puis des indices combinant ces différents critères ont été définis. Nous nous proposons ici de valider ces indices à partir de données issues de 3 dispositifs expérimentaux où sont comparés des fertilisants ou modes d'exploitation de l'herbe différents. Chacun des dispositifs est situé dans une zone pédoclimatique différente et comporte 2 parcelles contrastées par leur niveau de nutrition, notamment en phosphore. Nous montrons qu'il y a une bonne correspondance entre les indices et la biomasse aérienne récoltée. Pour le phosphore et le potassium, les relations avec les résultats de l'analyse chimique de terre conventionnelle (phosphore assimilable, potassium échangeable) ne sont pas satisfaisantes. Les limites pour utiliser ces indices sont présentées. Puis nous montrons en quoi ils constituent une méthode de diagnostic facile à mettre en oeuvre pour contrôler l'évolution pluri-annuelle du niveau de nutrition d'une parcelle. Il pourrait ainsi être possible, par une fertilisation mieux adaptée, de corriger l'éventuelle inadéquation entre les besoins des plantes en éléments minéraux et leur fourniture par le sol qui pourrait s'instaurer à partir de la mise en oeuvre de la méthode des bilans, associée à l'analyse chimique de terre.


Abstract - Diagnosis of nutrient level for permanent grasslands in spring. II. Validation of models. In a previous paper the authors proposed a method for diagnosing plant nutrition from determination of herbage mineral content (N, P, K) and aerial biomass. Control curves were established: N in relation to aerial biomass for nitrogen nutrition level, P and K in relation to N for phosphopotassium nutrition level, then indexes combining these different criteria were defined. The present study aims at validating these indexes utilising data from the 3 experimental models in which different fertilizer or exploitation treatments are compared. Each experiment was located on land in a specific pedoclimatic area, and consisted of two parcels which differed significantly in their nutritional level, particularly that of phosphorus. A regression index was established which showed that there was a good correspondence between the indexes and the aerial biomass yield. For phosphorus and potassium, the relationships based on convential chemical analysis of soil components (assimilable phosphorus, exchangeable potassium) were unsatisfactory. The conditions under which these indexes should be used have been presented: a control treatment with no nitrogen limitation, grass cut before leaf senescence. These indexes could provide a simple diagnostic method for controlling the pluri-annual evolution of the grass nutrient level in a given parcel. It would therefore be possible, via a better adapted fertilization, to correct possible deficiencies between plant requirements and soil mineral supply; this could be set up via regular assessments combined with chemical analysis of soil components.


Key words: mineral nutrition / nitrogen / phosphorus / potassium / diagnosis / grassland

Mots clés : nutrition minérale / azote / phosphore / potassium / diagnostic / prairie