Free access
Issue
Agronomie
Volume 12, Number 2, 1992
Page(s) 129 - 139
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19920201
Agronomie 12 (1992) 129-139
DOI: 10.1051/agro:19920201

Données actuelles sur les transferts d'atrazine dans l'environnement

M. Schiavona, JM Portalb and F. Andreuxb

a  ENSAIA, BP 172-54505 Vandoeuvre-lès-Nancy Cedex
b  CNRS-CPB, BP 5, 54501 Vandoeuvre-lés-Nancy Cedex, France

Résumé - Les différentes voies de dispersion de l'atrazine dans les sols et l'environnement sont examinées, et les résultats discutés en relation avec les méthodes d'approche respectives. Pour ce qui concerne la volatilisation, les données de la littérature sont limitées et discordantes, car les mesures sont le plus souvent menées dans des conditions très éloignées de la réalité: les valeurs rencontrées pour cette voie de transfert vont, suivant les auteurs, de 0,017 à 60% de la dose appliquée au sol en 72 h. Les travaux menés en vue d'étudier les transferts par ruissellement ou par lessivage sont nombreux et font appel le plus souvent à des expérimentations réalisées en conditions naturelles - travail au niveau de la parcelle- où semi-naturelles - modèles placés sous conditions naturelles - Ces transferts sont particulièrement observables au cours des 2 mois qui suivent l'application du produit. Leur intensité et leur durée sont essentiellement influencées par le climat, le travail du sol et le couvert végétal. Sur une période d'un an, les pertes en atrazine varient de 0,2 à 2% de la dose appliquée pour le ruissellement, et de 0,005 à 2% pour le lessivage. Enfin, il est à noter que l'atrazine est en partie métabolisée dans le sol et que la pollution des nappes phréatiques peut être due davantage à son métabolite chloré, le dé-éthylatrazine, qu'à l'herbicide lui-même.


Abstract - The movement of atrazine in the environment. The different ways in which atrazine is dispersed in soils and in the environment are considered, and the results discussed in relation to the respective methods of study. Literature data regarding volatilization are limited and inconsistent, as measurements are frequently carried out in conditions dissimilar to those in the field: from one author to another, values found range between 0.017 and 60% of applied doses volatilized in 72 hours. Studies related to the transfers by run-off or leaching are numerous, and frequently use experiments carried out under natural conditions, ie experimental plots, or semi-natural, ie outdoor model experiments. These transfers occur mainly during the 2 first months following application of the chemical. Their intensity and duration are mainly influenced by climate, soil management, and the nature of plant cover. Within a 1 year period, the reported losses in atrazine generally range between 0.2 and 2.0% of the applied doses for run-off, and between 0.005 and 2.0% for leaching. It should be noted that atrazine is partly metabolized in soil, and that pollution of phreatic levels can therefore be due more to its chlorinated metabolite (de-ethylatrazine), rather than to the herbicide itself.


Key words: atrazine / volatilization / run-off / leaching

Mots clés : atrazine / volatilisation / ruissellement / lessivage