Free access
Issue
Agronomie
Volume 10, Number 2, 1990
Page(s) 133 - 137
DOI http://dx.doi.org/10.1051/agro:19900206
Agronomie 10 (1990) 133-137
DOI: 10.1051/agro:19900206

Le fluvalinate appliqué sur pommiers en pleine floraison : contamination des abeilles butineuses et des produits de la ruche

M. Haouara, L. de Cormisa and J. Reyb

a  INRA, station de phytopharmacie, centre de recherches d'Avignon, 84140 Montfavet
b  Université de Provence, laboratoire de chimie et environnement, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille Cedex 3, France

Résumé - Les auteurs se proposent d'étudier l'incidence, sur les abeilles butineuses et les produits de la ruche, d'un traitement au fluvalinate d'un verger de pommiers en pleine floraison. Aux doses recommandées pour un traitement insecticide à savoir 144 g/ha, on retrouvait 41,3 μg/g dans les fleurs de pommiers immédiatement après le traitement. Onze jours plus tard on en retrouvait encore 34,4 μg/g, soit plus de 83% du dépôt initial (tableau I). Dans les feuilles, le dépôt initial a été évalué à 3,2 μg/g. La dégradation du produit a atteint 50% au bout de 42 jours et n'a été totale qu'au bout de 88 jours (tableau II et fig 1). Le pollen ramené dans les ruches par les abeilles butineuses contenait 0,26 μg/g de fluvalinate à J+1, 0,13 μg/g à J+2 et plus de résidus à J+6. À J+1 les abeilles contenaient 0,075 μg/g de fluvalinate soit environ 0,006 μg/abeille (près de 3 000 fois moins que la DL50), 0,032 μg/g à J+4 et plus de résidus à J+7 (tableau IV et fig 2). Un mois après le traitement, le miel récolté dans les ruches soumises à l'expérimentation ne contenait pas de résidus de fluvalinate. Les pommes cueillies en saison de récolte ne contenaient pas non plus de résidus de fluvalinate. En revanche, sur du pollen contaminé et conservé dans les conditions de la ruche, le fluvalinate persiste plusieurs mois (fig 3).


Abstract - Fluvalinate applied to flowering apple trees : contamination of honey-gathering bees and hive products. This study was carried out in a field of fully flowering apple trees to investigate the influence of fluvalinate treatment on honey-gathering bees and hive products. Just after treatment at recommended insecticidal doses (144 g/ha) the apple tree flowers contained 41.3 μg/g of fluvalinate and 11 d later residues were still present at the level of 34.4 μg/g which was more than 83% of the initial deposit (table I). In leaves the initial deposit was evaluated at 3.2 μg/g. The decomposition of the product reached 50% 42 d after treatment and was only complete after 88 d (table II and fig 1). Fluvalinate concentrations gathered in the pollen were 0.26 μg/g 1 d after treatment and 0. 13 μg/g 2 d after treatment while no more residues could be detected at D+6. The bees contained 0.075 μg/g at D+1 about 0.006 μg/g/bee (3 000 times less than the LD50), 0.032 μg/g at D+4 and no more residues at D+7 (table IV and fig 2). Honey collected from the hives one month after treatment did not contain residues of fluvalinate. Apples collected during the harvest season did not contain residues either. On the other hand, fluvalinate persists for several months when contamined and conserved in hive conditions (fig 3).


Key words: decomposition / flowers / pollen / honey

Mots clés : dégradation / fleurs / pollen / miel